Category Archives: Pneumatiques

Où la vue est vision

On ne renaît que de mourir, la mort est le passage de la vie à la Vie, et le corps pénitent est aussi le corps pèlerin, un pèlerin spirituel, qui cherche à dépasser sa propre finitude dans cette finitude affirmée, pour atteindre l’infini où la vue est vision, le toucher embrassement, le goût eucharistie.  

Michel Cazenave, évoquant les pratiques de pénitence au Bas Moyen-Age, in : Angèle de Foligno. – Paris : Albin Michel, 2007 (coll. Spiritualités vivantes, 226). – p. 45.


Image : Marie de Magdala embrassant les pieds du Crucifié, début du 14ème siècle, Cappellone di San Nicola, Basilica di San Nicola da Tolentino, Tolentino, Italy. Source : Wikimedia Commons.

Mort mystique

Zurbaran - Saint-François en méditation

Mort à toute propriété en ce qui concerne la sainteté. L’âme s’était approprié les dons de Dieu, les vertus dont il l’avait enrichie, et elle avait une certaine complaisance en sa pureté. Dieu la dépouille de tout, non quant à la réalité, mais quant à l’apparence, et la réduit en une entière nudité ; elle ne voit plus en soi ni dons ni vertus, ni rien de surnaturel. Elle ne sait ni ce qu’elle est, ni ce qu’elle a été, ni ce qu’elle deviendra. Ses péchés, son néant, sa réprobation : voilà tout ce qu’elle aperçoit en elle et dont elle se juge digne. Voilà la consommation de la mort mystique. La résurrection et l’état glorieux viennent après. Laissons à Dieu ses secrets, et n’en disons pas davantage.”

Jean-Nicolas Grou, Manuel des âmes intérieures.[1]

NOTES

  1. p. 29 in Grou, Jean-Nicolas. – Manuel des âmes intérieures. Texte présenté par le Père Max Huot de Longchamp. – Mers-sur-Indre : Centre Saint-Jean-de-la-Croix, 2012 (collection “Sources mystiques”). – 365 p. Je suis responsable de la mise en italique de l’intertitre. ^

Image : Francisco de Zurbaran – Saint François en méditation. Huile sur toile. Entre 1635 et 1639. 152 × 99 cm. National Gallery. Source : Wikimedia Commons.