Just so stories

Nous,
tress­es en l’écheveau sans repos de nos réc­its, ivres des vins de pos­si­bles vérités dont les grandes suées lais­sent signes aux sables du ciel
nous, fils des nuits his­toriées de nous-mêmes s’allant dévi­dant à l’erre des heures iden­ti­taires, nous ramassés
aux bouloches dens­es de colères, dans les pous­sières, ô inten­sités jusques aux nerfs inat­ten­dus, d’incompréhensions rejetées encore, et encore, sous le tapis d’infini com­men­taire — ô, com­bi­en de con­tes de joies et de mis­ères, et toutes les dif­frac­tions de l’attente
nous, serait-ce, ô mer­veille, pour y dress­er la néga­tion d’une iden­tité, croy­ants, en la litanie des com­ment, en les adju­ra­tions du droit, la légitim­ité sou­veraine de la puis­sance et la thau­maturgie des savants, dont le doigt sus­cite les hori­zons féconds de toutes lunes — sauf en tel inter­stice oublié de n’être pas habité
ombres dénom­brées dans les mon­des carénés d’imageries mirac­uleuses, nous que nul dire n’assume, nul sens dans l’efflorescence folle des nar­ra­tions, straté­gies de l’enclos fût-ce dans les éblouisse­ments
nous rien, tout, un, autre, selon 

nous

sweet seals of jol­ly sil­ly-hence — we-salien­cy — we-sil­hence
just so sto­ries

Sur FB, ce jour.

Illus­tra­tion : Hierony­mus Bosch, Le Jardin des délices (extrait), 1500–1505, Musées du Pra­do,
Source : Wiki­me­dia Com­mons

One thought on “Just so stories”

  1. What is the expe­ri­ence of feel­ing and know­ing your­self as no image, no idea, no notion at all? At first, it might be dis­ori­ent­ing or con­fus­ing. Your mind might think, ‘But there’s got to be an image! I have to have a mask to wear. I’ve got to present myself as some­body or some­thing, or in some par­tic­u­lar way.’ But of course, that’s just the mind, that’s just con­di­tioned think­ing. It’s real­ly just the incar­na­tion of fear, because there is a fear of know­ing what we real­ly are. Because when we look into what we real­ly are — under­neath our ideas, under­neath our images — there’s noth­ing. There’s no image at all.”
    ~ Adyashan­ti
    Falling into Grace

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *