Duchamp - Nu descendant un esaclier

Machines and beyond

Longtemps j’ai cru, pro­fondé­ment, que les gens étaient des machines com­plex­es.
Et en un sens, c’est bien le cas — partout où il y a régu­lar­ité, il y a la pos­si­bil­ité d’y voir une machine à l’œuvre.

Longtemps j’ai cru qu’il me fal­lait appren­dre à inter­a­gir avec ces machines, à en recon­naître et com­pren­dre les répéti­tions, à m’accorder à leurs façons de faire monde — longtemps, pour les mêmes raisons, j’ai cru qu’un monde était une machine.

Longtemps aus­si, je me suis aus­si pen­sé machine. Penser-machine : ramen­er la man­i­fes­ta­tion com­plexe, con­statée sous divers­es guis­es, à l’unité de quelques principes, au jeu de mécan­ismes plus élé­men­taires, à un divers intel­lectuelle­ment maîtrisé de séries causales inter­dépen­dantes.

Mais comme je recher­chais encore le ter­rain d’un jeu d’infinie, d’inconditionnelle accep­ta­tion, les choses ne fonc­tion­nèrent pas bien. Je mis quelques décen­nies à com­pren­dre les fils de cette tresse d’errances.

Machin­er, c’est une pos­si­bil­ité de nos façons de con­naître et d’anticiper les régu­lar­ités sur les écrans du monde. C’est un out­il intéres­sant : décel­er des répéti­tions et y pro­jeter des machines comme autant de décli­naisons d’un schème régu­la­teur de nos activ­ités de con­naître et juger. Mais cela n’offre aucune garantie que les choses soient à ces machines comme le vis­age est au reflet — qu’elles s’en lais­sent résumer sans reste ou d’un reste sans plus d’importance que les scories de fluc­tu­a­tions nég­lige­ables. Il est aisé pour­tant de con­fon­dre la machiner­ie de nos pen­sées avec celle qu’elles imputent à leurs objets.

Aujourd’hui, je ne vois plus les gens comme des machines. Plus les mon­des comme des machines. Plus seule­ment.

J’ai tou­jours été sen­si­ble aux restes comme à autant d’espaces où pro­jeter de nou­velles machi­na­tions — me déplaçant dans un hyper­e­space organique de jeux où les restes de chaque machine-univers en ouvraient la pos­si­bil­ité d’une nou­velle, dif­férem­ment artic­ulée.

Le reste s’est fait plus impor­tant aujourd’hui que le mecanème, si je peux par­ler ain­si — plus impor­tant que l’élément de saisie des jeux et des mon­des sous l’espèce de l’engrenage ou de l’algorithme.

Il ne s’agit pas de mélanger les gen­res pour autant. Le schème machinique a son intérêt. Tant se pren­nent pour des machines, dès qu’une iden­tité (le pro­duit d’une guerre) leur tombe dessus. Et puis le monde est plein de régu­lar­ités rigolotes dont il plaît à l’esprit de mod­élis­er les formes.

Il s’agit juste de déploy­er mon univers dans le reste. Là où se font les ren­con­tres. Là où se trou­ve l’inédit. Là où je n’ai que peu d’habitude ou d’assise sans mots. Dans l’intensité.

Image : Mar­cel Duchamp, Nu descen­dant un escalier, 1912, huile sur toile, 146 x 89 cm, Philadel­phia Muse­um of Art.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *