Ancien jet lag

Écrit le 7/7/2013 – San Diego – FB

L’horloge-monde dicte tout à trac les tactiques de mes nuits tyranniques. Une carabine-insomnie française m’aurait assommée à 07:00, à 13:00 réveillé. Il est 04:00, San Diego ne se réveille. Moi si.

C’était convenu – la délégation française nous l’avait prédit, et ce corps poli qui d’un je s’anime dès qu’un Kliban y tombe en conscience, ce corps-moi si bizarre depuis les termitières rigoureuses de l’enfance, ce corps-là, oui, l’avait pressenti, et se l’était assigné peut-être aussi, dans sa gestion sans tact de la pinéale, où s’attache l’âme aux brisées du tryptophane.

Je vais aller respirer, boire, ronronner, relire les chants et les sorts qui plaisent aux mortels. (Le monde sera tout plein de tisseurs de sortilèges – nous saurons aussi y faire bonne figure, nous autres, apprentis Vänämöinen des champs géomatiques, druides gaulois au verbe soquioute – pliz! Cinq iou!).

Allez. T’is not nearly brillig. Going to stroke a tove and feed the borogoves.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *