Marie de Magdala embrassant les pieds du Crucifié

Où la vue est vision

On ne renaît que de mourir, la mort est le pas­sage de la vie à la Vie, et le corps péni­tent est aus­si le corps pèlerin, un pèlerin spir­ituel, qui cherche à dépass­er sa pro­pre fini­tude dans cette fini­tude affir­mée, pour attein­dre l’infini où la vue est vision, le touch­er embrasse­ment, le goût eucharistie.  

Michel Cazenave, évo­quant les pra­tiques de péni­tence au Bas Moyen-Age, in : Angèle de Folig­no. — Paris : Albin Michel, 2007 (coll. Spir­i­tu­al­ités vivantes, 226). — p. 45.


Image : Marie de Mag­dala embras­sant les pieds du Cru­ci­fié, début du 14ème siè­cle, Cap­pel­lone di San Nico­la, Basil­i­ca di San Nico­la da Tolenti­no, Tolenti­no, Italy. Source : Wiki­me­dia Com­mons.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *