Statie de Dakshinamurti

Et c’est tout

Il est un moment où l’on s’en vient but­ter sur cette pos­si­bil­ité qu’au delà de tout pourquoi, vivre, c’est vivre — et c’est tout.
D’aucuns s’y refusent, absol­u­ment, écar­tant dans la recherche douloureuse d’un idéal cet hori­zon rad­i­cale­ment défait de toute rai­son.
D’autres l’incluent dans leur gram­maire des pos­si­bles, syn­tagme de plus à artic­uler aux hori­zons de croy­ances et aux mod­èles ontologiques — et n’y font guère atten­tion.
D’autres enfin s’y arrê­tent — c’est sou­vent fort incon­fort­able, mais irré­sistible — et vont y voir de plus près. Assez vite, ils n’ont plus rien à faire val­oir.
Auprès de ceux-là, appren­dre.

Sur FB — 03/12/14

Image : Dakṣiṇāmūr­ti, Tem­ple de Maanam­pa­di Tem­ple, Kum­bakon­am, Tamil­nadu, Inde.
Cred­its: Siva­sub­ra­mani E., post­ed on sept 2014, Source.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *