Automne

Le sinus est à sa décrois­sance la plus abrupte. Le jour s’effare — fuit — pata­trasse dans la brèche — s’assèche — por­teur de soif — cataracte vers son min­i­mum. Des envies de noisettes et de shoot dans les feuilles mortes. Flot­te­ments sans but ni rimes ; les plo­sives presque-paniques des infi­nis. Ce matin, aigus à la gorge et au diaphragme, les pro­dromes de la dépres­sion hivernale.

(d’après FB ce jour, saisi spon­tané­ment dans la rue après dri­ve de plus de deux heures chez Gibert.)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *