Un peu de moi

C’est comme de jouer à chat, sauf qu’on peut touch­er plusieurs per­son­nes à la fois et que les nou­veaux chats ont un gage. C’t’ “une espèce de chaîne inci­tant les tchatteurs/bloggeurs à par­ler d’eux-mêmes et surtout à aller s’intéresser aux autres !!! ;-) ” Je suis pas sûr sûr que ce soit treive et fix (dive-neuf) caffe, mais bon, yakekrèg’ toude même :

Chaque blogueur « tagué » doit énumér­er sur son blog sept choses le con­cer­nant, ain­si que le règle­ment. Le blogueur doit ensuite « taguer » 7 per­son­nes, c’est-à-dire les citer sur son blog, puis leur envoy­er un mes­sage les invi­tant à venir lire ce règle­ment et à pour­suiv­re la chaîne.

C’est brentano qui m’y colle. Je suis enfant obéis­sant, alors voici donc (les caté­gories sont de moi, nul besoin de les repren­dre ; la taille des inter­ven­tions est lais­sé au bon vouloir du scripteur) :

  1. Sig­nalé­tique : pour me recon­naître les yeux fer­més : j’ai un petit kyste tout dur dans le repli du pavil­lon de l’oreille gauche, presque à son apex. Et un gros grain de beauté — il s’agit en fait d’une forme bénigne et non con­tagieuse de ver­rue, brune et bosselée comme une toute petite mure — à ras du nombril.
  2. Obses­sion : Quand je ne vais pas bien, j’achète des livres, com­pul­sive­ment. J’en revends plus de la moitié — c’est une ques­tion de place et d’encombrement intellectuel.
  3. Surnoms : On m’en a don­né plusieurs — c’est banal — : P’tit’ Pomm’, il y longtemps, La Chèvre, ya moins longtemps — ça doit être le men­ton et la laine frisée -, Doudou, Mar­coChéri-chéri (seul com­posé en “chéri” que j’admette), Waqete, par­fois et non sans charme. De façon générale, feel free :o)
  4. Occu­pa­tions : Celle du moment est de pass­er du mieux pos­si­ble le tour­nant de ma psy­chothérapie. Ce me fait (enfin) exprimer mon empathie avec les amis, moins timide et con que par le passé avec les gens que je con­nais moins bien, mais tou­jours mal à l’aise avec une éventuelle con­quête amoureuse — d’autant que je suis encore épris de JC, quoi que j’aie pu écrire par ailleurs sur ce blog.
  5. Habi­tat : Mes 38 m² sont plein de livres, de quelques peluches, d’un lit futon et de quelques babi­oles de goût dis­cutable. Le bal­con y est en pente : c’est pour faire peur aux amis et dompter mon envahissant ver­tige — je m’y suis fait. Plus d’une fois par semaine, je m’y laissse rem­plir de l’instantanéité des couchants.
  6. Mœurs : Les grands trou­peaux me fatiguent vite — ou l’on sait y faire la fête, ce qui est rare. Quelques ami­tiés intens­es, pro­fondes, essen­tielles. Pas de réseau dif­fus de con­nais­sances — socia­ble sans être social, en fait.
  7. Boulot : A ce jour, c’est un non-sujet.

Et comme je cours très vite (whish­ful think­ing), je rat­trape, accule et touche z’anmis suiv­ants :

Bien à vous tous !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *