100% pur beurre (toujours)

Une vic­time sac­ri­fi­cielle, voilà l’effet… Mes vête­ments sen­tent le beurre, mon lit sent le beurre, et je ne suis pas sûr de jamais pou­voir évac­uer l’odeur de mon apparte­ment. Tel le feu du sac­ri­fice où l’on verse le lait clar­i­fié du monde, je me fais l’impression d’être, d’avoir été con­sacré. Ne reste plus qu’à chanter les Véda, et je me prendrai pour Agni, le feu dévo­rant qui con­summe les forêts.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Enter Captcha Here : *

Reload Image